UNE COURSE SERRÉE: DARK HORSE a remporté le prix MEILLEUR DU FESTIVAL au Festival Docu de Wakefield 2017, commandité par la fondation Leacross

DARK HORSE a remporté le prix MEILLEUR DU FESTIVAL au Festival Docu de Wakefield 2017, commandité par la fondation Leacross, remportant le vote par une marge de seulement .06 sur QUÉBEC : MY COUNTRY, MON PAYS.

Nous sommes donc bien heureux d’annoncer que c’est tout! La 8e édition du Festival Docu de Wakefield s’est terminé avec beaucoup de festivités. Le 26 février, 2017, à Wakefield, au Québec, on se serait cru en plein milieu de printemps tellement il faisait beau. Pourtant, une grande foule d’amateurs de films ont opté de s’assoir dans un théâtre sombre au lieu d’apprécier cette pause temporaire de l’hiver pour voir notre dernière projection, DARK HORSE. La foule avait peut-être entendu parler des remarquables et délicieuses grignotines que préparait notre chef, Alison Scott, pour le Gala de fermeture qui suivait la projection?

C’est bien possible. Fidèle à son modus operandi, Alison a prépare d’excellente bouffe inspirée du pays d’origine du film, comme du Welsh rarebit, des petites bouchées de Yorkshire pudding et du Bara Brith. Délicieux!

Cependant, l’auditoire a été ravi de voir le film. Donc ce n’était pas seulement la bouffe qui rendait heureux. Ou peut-être s’agissait-il d’une combinaison parfaite?

Notre auditoire est resté engagé tout au long du festival, même si le nombre était réduit en raison d’une tempête de neige pour deux des projections. Il y a une soirée particulièrement mémorable, une journée où il y eu de la de neige, de la neige, et encore de la neige, où 40 individus hardis ont écouté le film extraordinaire et inspirant THE ISLAND AND THE WHALES, suivi d’une séance de discussion animée avec le réalisateur écossais, Mike Day. Dommage pour ceux et celles qui n’ont pas pu sortir de leur entrée cette journée-là!

Nous avons toujours été conscients que le mois de février au Canada n’est pas toujours le moment propice d’organiser un festival, en raison du temps qu’il fait. Mais d’une manière, c’est le parfait moment de prendre le temps d’écouter des films documentaires, même les plus contentieux et exigeants, et d’en parler avec les cinéastes, les experts et d’autres amateurs de films. Pour certains et certaines, le festival est une manière d’échapper, pour quelques heures, à la monotonie hivernale.

Au cours de cette édition, il y a eu 20 projections de 12 films – c’est-à-dire une augmentation de 50% du nombre de films de l’an dernier. Comme d’habitude, suivant notre mandat, la programmation comprenait des discussions entre experts, des discussions avec les réalisateurs et d’autres invités, et d’autres moyens de participation visant à enrichir l’expérience de l’auditoire. Le festival a débuté avec le Gala d’ouverture, SO THAT YOU CAN STAND, en présence du Sénateur Charlie Watt et du réalisateur Ole Gjerstad, et s’est poursuit avec des discussions via Skype avec les réalisateurs Kevin McMahon (SPACESHIP EARTH), Mike Day (THE ISLANDS AND THE WHALES) et Nettlie Wild (KONELINE : OUR LAND BEAUTIFUL). Notre auditoire a voyagé parmi plusieurs paysages et perspectives et a su répondre de façon réfléchie et énergique.

À la fin, nous étions de retour chez nous, grâce à une discussion formidable avec le réalisateur John Walker à la suite de QUÉBEC : MY COUNTRY, MON PAYS, dans laquelle les Québécois, francophones et anglophones, ont exprimés leurs perspectives différentes sur notre histoire partagée. Il semble que tous ceux et celles qui ont vu ce film remarquable et profondément personnel en ont été émus, et nous nous attendons à ce que la conversation entourant QUÉBEC : MY COUNTRY, MON PAYS perdure dans les semaines et les mois à venir.

Nous avons discuté du niveau de plastique dans les systèmes d’eau locaux avec des experts en matière d’écosystèmes hydrographiques après A PLASTIC OCEAN, des experts d’histoire humaine et animale ont discuté de leur travail à la suite de UNLOCKING THE CAGE, et la visite la plus touchante a sûrement été celle de Julie Jolicoeur, une ambulancière à la retraite, qui est venue avec Dillon, son chien d’assistance en TSPT, après la projection de PRISON DOGS. Comme toujours, le Festival Docu de Wakefield offre plein d’occasions de réunion et de discussion.

Le prochain événement sera notre Weekend du Festival Docu de Wakefield à l’automne. Notez la date au calendrier! Nous avons réservé le Centre Wakefield La Pêche la fin de semaine du 22 au 24 septembre 2017 afin de présenter notre deuxième mini-festival thématisé de longs-métrages documentaires contemporains de renommée internationale. Le thème et plus de détails seront annoncés sous peu.

Pour rester au courant de tout ce qui se passe au Festival Docu de Wakefield, « aimez » -nous sur Facebook.